Archives de la catégorie ‘Santé du chien’

LA RAGE

31 juillet, 2007

  La rage est une maladie virale toujours mortelle. Elle est due à un virus de la famille des Rhabidoviridae et du genre Lyssavirus. Tous les mammifères y sont sensibles. Cette maladie est devenue rare grâce aux campagnes de vaccinations mais la vigilance reste de règle car il existe encore des cas de rage chez les renards et les chauves-souris et d’autre part beaucoup de chiens voyagent dans des pays où la rage est très présente (Asie et Afrique). Enfin, l’augmentation du nombre de chiens importés illégalement d’Europe de l’Est renforcent le risque d’une résurgeance de la maladie. Ce virus est peu résistant dans le milieu exterieur. Vu cette fragilité, il se transmet seulement par le biais d’une effraction de la peau ou par les muqueuses. Le plus souvent, la transmission se fait par morsure, et ce même si l’animal ne présente aucun symptôme. Mais le simple léchage d’une plaie peut suffire. Une fois transmis, le virus gagne le tissu nerveux périphérique, migre le long des nerfs et atteint le système nerveux central. Il touche le cerveau provoquant une encéphalite et  les symptômes apparaissent. La moelle épinière peut aussi être touchée. La durée d’incubation est variable chez le chien, mais en général assez courte, entre 15 et 60 jours. La maladie peut se présenter sous deux formes : la forme furieuse et la forme paralytique. Dans la forme furieuse, le chien présente des troubles de l’équilibre, une hypersalivation, de l’excitation et de l’aggressivité. On observe des modofications de la voix. Dans la forme muette, il y a une paralysie des massters d’où une gène à la mastication et à la déglutition..La maladie évolue vers une paraplégie puis une tétraplégie, suivie d’une paralysie et de la mort au bout de 4 à 5 jours de manière irrémédiable. Le diagnostic repose sur l’évolution des symptômes. Une évolution rapidement mortelle avec une paralysie progressive est très évocatrice de la rage. Ensuite, des laboratoires agrées recherchent des lésions spécifiques appelés corps de Négri dans les cellules du malade. Comme les suspiscions sont cliniques, il est interdit d’euthanasier un chien ou un chat qui a mordu ou griffé dans un délai de quinze jours suivant cet acte. Il faut vérifier que pendant cette période, il ne développe pas de troubles neurologiques pour s’assurer qu’il n’a pas pu transmettre la maladie. Pour éviter la résurgeance de la maladie, la vaccination reste indispensable. elle est dans certains cas obligatoire comme pour aller en Corse ou à l’étranger (cf articles correspondants). La première vaccination  doit se faire sur un animal de plus de trois mois. Votre vétérinaire vous remettra alors un certificat bleu, dit de primo-vaccination. Ce certificat sera valable un mois après l’injection. Ensuite un rappel annuel est nécessaire. Lorsque les vaccins sont faits dans les temps, les certificats suivants sont roses et dits de rappel. Attention, si vous dépassez la date des vaccins d’une seule journée, un certificat bleu vous sera donné. donc attention pour les vacances. Votre fidèle ami pourrait être bloqué à la frontière si vous êtes un peu étourdi! Si vous partez dans une région ou un pays nécessitant cette vaccination, il faut donc vous y prendre au moins un mois à l’avance.Que votre chien soit vacciné ou non, vous aurez malgré tout des obligations s’il mord quelqu’un (cf article "Mon animal a mordu ou griffé quelqu’un, que faire?"). Restons donc vigilant car cette maladie n’a pas disparue et elle est toujours mortelle lorsque les symptômes apparaissent. Dr axelle Barot

SOIGNER LA BOUCHE DE VOTRE CHIEN

23 juillet, 2007

  Vous ne regardez certainement pas régulièrement la bouche et les dents de votre chat. Pourtant, elles doivent faire l’objet de soins de la même manière que vous lui nettoyez les oreilles et les yeux. La salive permet de protéger les dents et la gencive en apportant divers mécanismes de protection contre les bactéries. Elle apporte également des sels minéraux riches en calcium, ce qui participe à la formation du tartre.A la naissance, les chatons naissent sans dents. Elles apparaissent vers l’âge de 3 semaines, souvent d’abord les canines, et les incisives puis les prémolaires entre 5 et 6 semaines. Les chatons possèdent 26 dents. Comme chez nous, les dents de lait tombent et sont donc remplacées par les dents définitives. Malheureusement, le plus souvent vous ne retrouverez pas les dents de lait, la petite souris ne passera donc pas! A partir du troisième mois, le changement de dents commence, incisives et canines d’abord puis molaires et prémolaires.Surveillez que toutes les dents de lait soit bien tombées car dans certains cas celles-ci font de la resistance! Or, il y a dans ce cas l’accumulation de débris alimentaires entre la dent de lait et la dent définitive puisqu’elles sont très rapprochées. Ceci provoque alors une gingivite (les gencives sont rouges et douloureuses). De plus la dent définitive risque de pousser de travers. Surveillez donc particulièrement les incisives et les canines qui sont les dents présentant le plus souvent ce problème. Ceci est néanmoins beaucoup plus rare chez le chat que chez le chien. Votre compagnon possède 30 dents à l’âge adulte. Sur la mâchoire supérieure, il a de chaque coté 3 incisives, 1 canine, 3 prémolaires et 1 molaire. La mâchoire inférieure se compose par côté de 3 incisives, 1 canine, 2 prémolaires et 1 molaires. Les canines lui permettent de tenir, attraper ou encore déchirer. Les prémolaires permettent de couper, tenir et déchirer et les molaires de broyer.Chaque dent est composée de plusieures couches : l’émail, dur et très minéralisé, la dentine contenant des fibres nerveuses (elle représente la partie sensible de la dent pouvant être le siège de douleurs), la pulpe dentaire qui contient notamment des vaisseaux sanguins et des nerfs et le cément qui permet de fixer la dent dans l’os de la mâchoire. La dent est maintenue en place grâce à un tissu de soutien appelé parodonte. Il se compose du ligament parodontal, qui fixe la dent dans l’os de la mâchoire et de la gencive. L’os qui entoure la dent est appelé os alvéolaire.Les structures dentaires décrites ci-dessus peuvent faire l’objet de différentes maladies mais la plus fréquente est liée au developement du tartre. Cette maladie appelée maladie parodontale. Si votre chat a mauvaise haleine, les gencives rouges ou du mal à mâcher, un petit examen de sa bouche par votre vétérinaire s’impose! Dr Axelle Barot  

Le nettoyage des oreilles

23 juillet, 2007

Le nettoyage des oreilles fait parti des soins des hygiènes réguliers que l’on recommande, notamment chez certaines races de chiens qui ont les oreilles tombantes (braque, labrador, CKC,….). De plus certains chiens (ex : cocker) possèdent plus de glandes cérumineuses et fabriquent donc plus de cérumen que d’autres ce qui a tendance à encrasser le conduit auditif. Il est fréquent de soulever les oreilles de votre animal et de sentir une odeur rance associé à de gros dépôts marron. Chez le chat, le nettoyage est moins indispensable, les oreilles de chats ne retombant pas et ne sécrétant pas beaucoup de cérumen. Seul quelques races comme les siamois, les orientaux, les sphinx ou les rex peuvent produire du cérumen.Chez l’animal normal, la fréquence de nettoyage est tous les 15 jours à 3 semaines. Pour d’autres, un nettoyage hebdomadaire s’avère nécessaire. Un bon nettoyage auriculaire permet de limiter les otites dont la cause numéro est la mauvaise hygiène. Pour les chiens nageurs et plongeurs, il est très important de nettoyer les oreilles après chaque bain. Les types de produits, que vous devez utiliser, sont des produits spécifiques pour l’hygiène auriculaire des carnivores domestiques que vous trouverez chez votre vétérinaire. Le produit ne doit pas être gras.
La technique de nettoyage est simple. Pas d’angoisse de faire des dégats dans l’oreille de votre fidèle ami, la nature est bien faite, le conduit auditif chez les carnivores fait un coude et vous ne pouvez pas percer le tympan contrairement à chez l’homme. A proscrire les cotons tiges, ils enfoncent le cérumen dans le fond du conduit. Pour le nettoyage, on se munit du produit nettoyant, d’un petit mouchoir en tissu et de ses menottes. Il faut d’abord instiller une petite giclée du produit dans le conduit auditif (ne pas hésiter à bien rentrer l’embout) puis on masse énergiquement la partie cartilagineuse du pavillon (partie à la base de l’oreille) afin de faire remonter toutes les saletés du fond du conduit totalement inaccessible (cause fréquente de rechute des otites). Puis on retire le jus marron à l’aide du kleenex. En cas d’oreilles très sales, on peut être amener à répéter plusieurs fois l’opération. Eventuellement, en fin de nettoyage vous pouvez finir les plis cartilagineux du conduit externe avec un coton tige. Attention, lors du dépôt du produit, votre animal risque de se secouer frénétiquement la tête, ce qui a pour conséquence, si vous ne tenez pas le conduit auditif, de vous repeindre totalement avec le produit. Protégez vous contre ces projections intempestives (ou au moins préparez vous psychologiquement !). 
Voilà vous êtes prêts ! C’est à vous. Dr Marianne Rouby
 
 

LA MALADIE DE CARRE

16 juillet, 2007

Votre petit chiot est fatigué, tousse, a la diarrhée, les yeux et le nez qui coule? Prudence, il peut s’agir de la maladie de Carré. La maladie de Carré est une maladie infectieuse, d’origine virale, touchant les canidés (chien, renard…) et les mustélidés comme le furet. Elle se caractérise par une inflammation des muqueuses suivie de localisation diverses, parmi lesquelles le système nerveux. Cette maladie est très grave car elle peut être mortelle.Le virus responsable (Paramyxovirus) est proche de celui de la Rougeole. Comme il resiste mal dans le milieu exterieur, la contamination s’effectue surtout de chien à chien.L’incubation est relativement longue, entre 3 et 7 jours. La maladie touche les chiens de tout âge mais les chiots sont souvent les plus atteints car encore non vaccinés.Les symptômes sont variables car le virus peut s’attaquer à différents organes. au début, le chien est atteint de fièvre, paraît abattu et mange moins. Puis surviennent divers symptômes. On peut voir apparaître des troubles respiratoires avec un écoulement nasal, clair ou avec du pus et une toux. L’atteinte de l’appareil digestif se traduit par des dirrhées et des vomissements. La peau peut présenter des plaques rouges et des boutons (rash cutané) ou parfois la truffe ou les coussinets se durcissent. Les yeux peuvent aussi être atteints. Une conjonctivite avec des yeux rouges et qui pleurent ou encore des ulcère de la cornée liés à une baisse de la production de larmes en sont les conséquences. Enfin, des symptômes nerveux tels que des tremblements, une paralysie ou des convulsions peuvent apparaître. Si votre chien présente une atteinte nerveuse et qu’il survit à l’infection, il pourra malheureusment conserver des séquelles avec un risque d’épilepsie, tremblements, contraction involontaire des muscles…Le diagnostic sera établit par votre vétérinaire. Il s’appuie sur l’observation des symptômes, qui permettent de suspecter une maladie de Carré puisqu’il y a généralement une atteinte successive puis simultanée de plusieurs appareils. Votre vétérinaire pourra également réaliser des prélèvements, analysés ensuite par un laboratoire.Le traitement n’est pas toujours efficace. Il permet de soutenir le chien avec des antibiotiques pour limiter les complications infectieuses et un traitement symptomatique sera mis en place. Ce traitement vise donc à s’opposer point par point aux différents symptômes observés (antivoitifs, antidiarrhéiques, collyres pour les yeux…). Enfin, il convient de réhydrater le chien avec une perfusion, de le réchauffer s’il est en hypothermie…Le pronostic est néanmoins reservé. En effet, la mortalité est malheureusement fréquente. De plus, si le chien survit, il peut garder des séquelles nerveuses.Heureusement, il est possible de protéger votre compagnon contre cette maladie. Il faut en effet le faire vacciner, dès son plus jeune âge et ne pas négliger les vaccinations à l’âge adulte. Faites vacciner votre chiot à partir de l’âge de sept semaines (souvent cette primo-vaccination est réalisée par le vendeur car il ne peut vous vendre d’animal avant l’âge de deux mois). Un rappel doit être réalisé trois à quatre semaines après la première injection. Ensuite n’oubliez pas les rappels de vaccins tout au long de sa vie. En effet, il y a une recrudescence de la maladie chez les vieux chiens car souvent les propriétaires arrêtent de les faire vacciner. Or nos petits grand-pères et grand-mères possèdent moins de défense en vieillissant et sont donc particulièrement sensibles.Enfin, cette maladie a un statut particulier. Il s’agit en effet d’un vice rédhibitoire. Si votre animal est malade, le vendeur doit vous proposer de reprendre le chiot et de vous le rembourser. Attention néamoins, l’action en rédhibition ne peut s’exercer que si un diagnostic de suspiscion est établit par un vétérinaire dans les 5 jours qui suivent l’acquisition de votre chien. Ce délai court à compter du jour de la livraison et non du jour de la vente. Ensuite, vous disposez de 30 jours après la livraison pour engager une action en rédhibition. Si le diagnostic est confirmé et que l’action est engagée dans les délais, la gravité de la maladie et l’antériorité par rapport à la vente sont automatiquement reconnue.Retenons donc qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Vaccinez donc votre chiot, n’oubliez pas ses rappels à l’âge adulte et vous vivrez heureux avec un chien en bonne santé! Dr Axelle Barot

Prévention de la maladie parodontale et hygiène buccco-dentaire chez le chien

16 juillet, 2007

 Est ce que imaginez ne pas vous brosser les dents pendant 10 ou 15 ans? Cela vous paraît sans doute aberrant et pourtant c’est ce que subit probablement votre chien!Autrefois, le régime alimentaire des animaux leur permettait de mastiquer des viandes dures non dépecées. Cette action facilitait l’élimination mécanique de la plaque dentaire. L’alimentation de nos compagnons ayant évoluée, il faut soigner ses dents, surtout si vous le nourrissez avec une alimentation molle type boites. Ces soins visent à limiter la formation de la plaque dentaire.L’idéal est donc de lui brosser les dents. Habituez le dès son plus jeune âge. les soins dentaires doivent faire partie des soins hygiéniques au même titre que les soins des yeux et des oreilles. Néanmoins, même un chien adulte peut tout à fait s’adapter à cette nouvelle épreuve!Certes si vous arrivez du jour au lendemain armé d’une brosse et d’un dentifrice (objet non identifié pour votre chien!), cela risque de tourner à la catastrophe… Patience et persevérance sont les clés du succès! Commencez par habituer votre compagnon à passer votre doigt sur la surface des dents. Profitez en pour le féliciter dès qu’il se laisse faire et récompensez le à la fin éventuellement par une petite friandise ou au moins un énorme calin. Il associera alors cet acte à quelque chose d’agréable. Il ne faut pas braquer votre chien. Faites cette action sur une très courte durée au départ, pour en arriver au bout de plusieurs semaines à un brossage complet durant deux minutes. Lorsqu’il est habitué à cette situation, faites la même chose avec du dentifrice sur le doigt. Il faut employer un dentifrice pour chien, adapté aux goûts de votre ami. En effet, les chiens n’aiment pas forcément le goût de la menthe. De plus, la mousse produite par nos dentifrices risque de l’effrayer. Après cette deuxième étape, il vous reste à utiliser la brosse à dent. Il convient de brosser de haut en bas pour la mâchoire supérieure et de bas en haut pour la mâchoire inférieure. Le brossage doit être fait régulièrement, si possible au moins trois fois par semaine. C’est le meilleur moyen de lutter contre la maladie parodontale car il possède une action antiseptique et donc diminue la quantité de bactérie dans la bouche et une action abrasive qui élimine la plaque dentaire.En complément du brossage ou si cette action est vraiment impossible, l’application de gels antiseptiques contenant de la chlorhexidine est intéressante. Ils existent sous forme de gel ou de sprays. Ils permettent de réduire la charge bactérienne de la cavité buccale. Ceci permet de limiter la mauvaise haleine. En revanche, l’absence d’action mécanique ne permet pas l’élimination de la plaque dentaire et le tartre continuera de se développer.La mastication permet d’avoir par effet mécanique une action sur la plaque dentaire. L’alimentation joue donc un rôle important. L’alimentation humide ne permet pas cette action. Il est préférable d’utiliser des croquettes. Celles-ci doivent être bien dures pour ne pas exploser trop rapidement en bouche. Choisissez-les de taille suffisante car souvent les gros gloutons avalent leurs croquettes sans les mâcher. Certaines croquettes sont spécialement étudiées pour les chiens sujets aux problèmes dentaires. Elles sont grosses et très fibreuses. Certaines contiennent des substances qui piège le calcium de la salive ce qui limite la formation de tartre. L’utilisation d’os, de jouets en cordes ou en peau permet également au chien de mastiquer. Ceux-ci ont une action mécanique mais pas antiseptique. Vous pouvez donc plutôt proposer à votre compagnon des lamelles de peau complémentées en enzymes assurant une action antibactérienne. Vous les trouverez chez votre vétérinaire.Enfin, il est conseillé de faire une petite visite à votre vétérinaire lorsque votre chiot atteint l’âge de six mois. En effet, souvent, votre vétérianire voit votre compagnon pour ses premiers vaccins et puis ne le revoit pas pendant un an. Or beaucoup de petits chiens comme les Yorkshires ou les Caniches ont des dents de lait qui persistent. Comme ces dents sont accolées aux dents définitives, les débris alimentaires s’accumulent et favorisent le dévelopement de la plaque dentaire. Si les dents de lait ne sont pas tombées, il est donc conseillé de les extraire, et ceci avant que la maladie parodontale ne s’installe.Plusieurs choix s’offrent donc à vous pour assurer une bouche saine et une haleine fraîche à votre chien. Le brossage est de loin le plus efficace mais si votre toutou adoré se transforme en Jack L’Eventreur dès que vous voulez le faire, il vous reste quelques solutions!  Dr Axelle Barot

LE TARTRE ET LA MALADIE PARODONTALE

16 juillet, 2007

Beaucoup de chiens, notammment les chiens de petite taille, sont prédisposés au dévelopement du tartre et de la plaque dentaire. Ces éléments sont responsables de la maladie parodontale, caractérisée par une gingivite et un déchaussement des dents.En effet, comme chez nous, la bouche de votre chien subit l’action de bactéries responsables de la formation de la plaque dentaire. Celles-ci, si elles ne sont pas éliminées par un brossage, forment une sorte de pellicule sur la surface des dents. Dans un second temps, les sels minéraux de la salive, comme le carbonate de calcium, précipitent et forment le tartre. Celui-ci est dur et rugueux et donc irrite la surface de la gencive d’où la gingivite. La population bactérienne évolue et des bactéries anaérobies se développent. Celles-ci produisent des substances toxiques qui détruisent le tissu de soutien de la dent. La plaque s’étend sous la gencive, les dents deviennent mobiles et peuvent tomber. Attention si vous possédez un petit chien, car les bactéries détruisent l’os qui entoure la dent et malheureusemenr celui-ci a une toute petite mâchoire. Elle est donc fragile et une destruction de l’os sur quelques millimètres est déjà importante. Votre chien risque alors même de se fracturer la mâchoire.Plusieurs causes favorisent le développement du tartre. Plus votre chien vieillit, plus il risque de développer la maladie. Elle peut apparaître très tôt et être visible au bout de quelques mois! 80% des chiens de plus de cinq ans présentent déjà une atteinte importante. Néanmoins toutes les races ne sont pas égales. Et oui, si vous possédez un petit chien ou encore un chien brachycéphale (bouledogue, carlin…), il faudra être particulièrement vigilant. En effet, leurs dents sont souvent mal positionnées, se chevauchent, ce qui facilitent le piégeage des aliments. De plus les chiens de petite taille ont souvent des dents de lait persistantes ce qui favorise également la rétention de débris alimentaires. L’alimentation est également importante. Une nourriture molle et collante ne contient pas d’éléments fibreux permettant un nettoyage naturel. Il vaut donc mieux éviter de nourrir son chien avec des boites si l’on ne peut pas lui brosser les dents. Enfin, toutes les dents ne sont pas atteintes aussi fréquemment. Les dents les plus atteintes sont les molaires et les prémolaires car les glandes salivaires débouchent à ce niveau.Cette maladie est donc responsable d’une gingivite. Les gencives de votre chien sont alors rouges et douloureuses. Elle provoque également une halithose, c’est à dire une mauvaise haleine. Lorsqu’ elle est plus grave, il peut y avoir des saignements, des abcès dentaires. L’os qui soutient la dent est attaqué et les dents deviennent mobiles et peuvent tomber. La prise alimentaire est difficile et votre chien a du mal à mâcher et il peut bouder sa nourriture. Enfin, il ne faut négliger les conséquences plus générales, car les bactéries de la bouche peuvent entraîner des lésions cardio-vasculaires, respiratoires, rénales…Pour l’éviter, il convient donc de brosser régulièrement les dents de votre chien avec un dentifrice adapté et de privilégier l’alimentation à base de croquettes. Enfin, des lamelles à mâcher ont également une action intéressante. En revanche, si la maladie est trop avancée, votre vétérinaire devra pratiquer un détartrage sous anesthésie générale afin d’éliminer la plaque dentaire qui s’insinue sous la gencive.Finalement, une bouche saine et une bonne haleine sont synonymes d’un animal et d’un propiétaire heureux! Dr Axelle Barot 

LA BOUCHE DE VOTRE CHIEN

16 juillet, 2007

  Vous ne regardez certainement pas régulièrement la bouche et les dents de votre chien. Pourtant, elles doivent faire l’objet de soins de la même manière que vous lui nettoyez les oreilles et les yeux. La salive permet de protéger les dents et la gencive en apportant divers mécanismes de protection contre les bactéries. Elle apporte également des sels minéraux riches en calcium, ce qui participe à la formation du tartre.A la naissance, les chiots naissent sans dents. Elles apparaissent vers l’âge de 3 semaines, souvent d’abord les canines, puis les incisives et enfin les prémolaires. Les chiots possèdent 28 dents. Comme chez nous, les dents de lait tombent et sont donc remplacées par les dents définitives. Malheureusement, le plus souvent vous ne retrouverez pas les dents de lait, la petite souris ne passera donc pas! A partir du troisième mois, le changement de dents commence, incisives et canines d’abord puis molaires et prémolaires.Surveillez que toutes les dents de lait soit bien tombées car dans certains cas, surtout chez les petits chiens, celles-ci font de la résistance! Or, il y a dans ce cas l’accumulation de débris alimentaires entre la dent de lait et la dent définitive puisqu’elles sont très rapprochées. Ceci provoque alors une gingivite (les gencives sont rouges et douloureuses). De plus la dent définitive risque de pousser de travers. Surveillez donc particulièrement les incisives et les canines qui sont les dents présentant le plus souvent ce problème. Votre compagnon possède 42 dents à l’âge adulte. Sur la mâchoire supérieure, il a de chaque coté 3 incisives, 1 canine, 4 prémolaires et 2 molaires. La mâchoire inférieure se compose par côté de 3 incisives, 1 canine, 3 prémolaires et 3 molaires. Les canines lui permettent de tenir, attraper ou encore déchirer. Les prémolaires permettent de couper, tenir et déchirer et les molaires de broyer.Chaque dent est composée de plusieurs couches : l’émail, dur et très minéralisé, la dentine contenant des fibres nerveuses (elle représente la partie sensible de la dent pouvant être le siège de douleurs), la pulpe dentaire qui contient notamment des vaisseaux sanguins et des nerfs et le cément qui permet de fixer la dent dans l’os de la mâchoire. La dent est maintenue en place grâce à un tissu de soutien appelé parodonte. Il se compose du ligament parodontal, qui fixe la dent dans l’os de la mâchoire et de la gencive. L’os qui entoure la dent est appelé os alvéolaire.Les structures dentaires décrites ci-dessus peuvent faire l’objet de différentes maladies mais la plus fréquente est liée au développement du tartre. Cette maladie appelée maladie parodontale. Si votre chien a mauvaise haleine, les gencives rouges ou du mal à mâcher, un petit examen de sa bouche par votre vétérinaire s’impose! Dr Axelle Barot

Des puces & des chiens

9 juillet, 2007

  Il faut beau, il fait chaud, l’été est là. A vous, ainsi que votre fidèle ami (chat comme chien…), les grands espaces verts ! Le soir, après le petit câlin quotidien, vous découvrez avec horreur que votre compagnon préféré est rempli, lui aussi, de petits amis noirs qui courent dans ses poils, les puces. Il se gratte frénétiquement depuis quelques jours, vous remarquez des boutons étranges sur vos jambes qui vous démangent. Panique, vous allez affronter une infestation par les puces ou pulicose. Que faire ?Les puces sont des parasites externes qui s’apparentent à la famille des insectes, dont la période d’activité est du printemps à l’automne (sauf en cas de redoux hivernal). Elles se nourrissent de repas de sang de leur hôte (le chien, le chat ou vous quand il n’y a plus rien à manger sur les deux précédents). Il existe plusieurs espèces de puces (ctenocephalis felis,ctenocephalis canis, pulex irritans, ect…), assez spécifique d’espèce (c’est-à-dire qui reste sur leur hôte favori), mais qui en cas de disette (surpopulation) vont se nourrir ailleurs. La puce vit dans le milieu extérieur et vient manger sur son hôte. Lorsque l’on voit des puces sur son animal, il est probable que le milieu extérieur soit saturé et que la puce est réduite à vivre dans son garde manger. Ce point est très important à retenir pour le traitement de l’infestation. Les chiens et chats peuvent développer une allergie aux piqûres de puce (salive) qui se traduit par des croûtes sur le bas du dos et des démangeaisons intenses. Les puces transmettent également certains parasites digestifs (vers intestinaux). Il est donc fondamental de traiter la pulicose. Le traitement repose sur deux axes : traiter l’animal et traiter votre environnement. Le traitement de l’environnement est constitué d’un grand ménage (passer l’aspirateur partout et notamment là où il fait chaud, sombre et humide, lieux remplis de larves et d’œufs de puces). Vous pouvez placer dans votre sac aspirateur un collier anti-puce pour tuer les insectes qui vont être aspiré. Il faut également utiliser soit des fumigènes (très efficaces mais très contraignants) ou des bombes pour exterminer les puces. Ces produits sont très toxiques et sont à proscrire en application directe sur tout être vivant. Pour traiter votre animal, plusieurs types de produits existent en fonction de l’espèce (chien ou chat), de l’âge de l’animal (adulte ou jeune). Seul votre vétérinaire peut vous conseiller quand à l’usage de tel ou tel anti-parasitaire externes. Attention ne jamais mettre un anti-parasitaire de chien sur un chat car certains produits contiennent des molécules toxiques chez le chat (risque mortel).Afin de prévenir ce type d’infestation massive, le mieux est de traiter régulièrement votre animal (tous les mois) contre les puces à l’aide d’anti-parasitaires externes même si celui-ci sort peu car vous pouvez ramener de l’extérieur des larves et des crottes de puces et contaminer ainsi non seulement votre fidèle ami mais aussi votre intérieur. Dr Marianne Rouby

Couper les griffes de son chien

27 juin, 2007

Couper les griffes de son fidèle ami  Vous pouvez couper les griffes de votre compagnon. Le rythme de la coupe est toutes les 3 à 4 semaines car les griffes repoussent assez vite.  Plusieurs situations peuvent vous obliger à les couper régulièrement sous peine de griffes incarnées, celles-ci s’incrustant dans le coussinet de votre animal. Ce sont toutes les races ayant les poils longs au niveau des pattes comme le Cavalier King Charles ou le persan. Ils usent moins leurs griffes de part les poils qui protègent celles-ci. Les vieux animaux, également, à cause de l’arthrose usent moins leurs griffes. Les vieux chats font moins leur griffes et celles-ci s’épaississent et se recourbent. Les vieux chiens à mobilité réduite par l’arthrose ne vont plus user leurs griffes sur le sol comme du temps de leur jeunesse.La technique de coupe est assez simple et à la portée de tous. Les griffes les plus difficiles à couper sont celles de l’animal âgé, il faut donc parfois avoir recours à votre vétérinaire, son assistante ou un toiletteur. La griffe représente la dernière phalange de la patte, pour nous celle avec l’ongle. Il suffit, alors, de comprendre que la griffe est composée d’une partie rose, correspondant à « notre rose » et qui contient un vaisseau,  et d’une partie blanche, le bout de notre ongle. Il faut donc couper la partie blanche, dans le sens d’aplatissement de la griffe à l’aide d’un coupe ongle pour les chats et d’un coupe griffe (que vous pouvez vous procurer chez votre vétérinaire) chez les chiens. Veillez à ne pas vous mettre trop près de la partie rose car le vaisseau central peut parvenir un peu jusque dans la partie blanche. En cas de raté, l’animal va éprouver une douleur vive et un saignement important de la griffe va apparaître, mais qui rassurez-vous est totalement inoffensif bien que très impressionnant !  Pour stopper cette hémorragie prenez une compresse sèche et la maintenez-la 5 bonnes minutes sur l’extrémité de la griffe afin de favoriser la coagulation du vaisseau. Les griffes noires nécessitent une certaine expérience de la coupe de griffe car il faut évaluer la quantité de griffe à retirer. En cas de doute, n’hésitez pas à le faire faire des professionnels qui sont là, on vous le rappelle pour vous aider !  Dr  Marianne Rouby  

Comment nettoyer les yeux de son chien ?

19 juin, 2007

fotolia_1982641_s.jpgVous pouvez nettoyer les yeux de votre fidèle ami, surtout si celui-ci présente des anomalies de la sécrétion lacrymale. Cette anomalie de sécrétion se traduit par un motif fréquemment rencontrer en consultation  par nous les praticiens : « Docteur, Kiki a TOUJOURS des saletés marrons dans le coins de l’œil ! Est-ce grave ? Est-il malade ? ». Hé bien, la bonne nouvelle, c’est non et non. En fait, il s’agit d’un défaut bénin de l’évacuation normale des larmes qui se fait par le canal lacrymal  (petit trou se trouvant dans le coin interne, dit le quantus interne, de l’œil). Ce canal peut être rétréci (sténose secondaire à une inflammation de l’œil) ou carrément bouché ou absent (agénésie du canal lacrymal, malformation fréquente chez les petits chiens et les chats persans). Les larmes s’écoulent partiellement ou totalement à l’extérieur de l’œil d’où la formation de cette traînée marron ou de ces paquets marron dans le coin de l’œil de votre animal. Le mieux est de nettoyer régulièrement l’œil. Vous pouvez le faire tous les jours à l’aide d’un produit nettoyant pour les yeux « spécial chiens » et chats. Instillez 1 à 2 gouttes dans chaque œil en maintenant les paupières ouvertes puis retirer l’excédent avec une petite compresse. Vous pouvez renouveler plusieurs fois de suite la manœuvre jusqu’à bien retirer les saletés sous réserve d’utiliser un produit bien spécifique. En dépannage, vous pouvez utiliser du sérum physiologique. Le nettoyage régulier de l’œil de votre compagnon est, plus particulièrement recommandé, en cas de sécheresse oculaire, des races brachycéphales (bouledogue, shi-tzu, carlin, persans, etc,…) car le globe oculaire, plus proéminant, est plus exposé que dans d’autres races.

Dr Marianne RoubyCamping FranceChiens


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.